Harmonie relationnelle : jouez-vous un rôle?

Le jeu de rôle est un jeu psychologique, c’est-à-dire un scénario pratiqué inconsciemment et qui peut se répéter tout au long de la vie s’il n’est pas conscientisé. Les jeux de rôle sont répandus dans notre société et trouvent leurs racines dans notre enfance. Il faut savoir que tout le monde à un moment ou autre de sa vie joue à ce Jeu psychologique, de manière inconsciente. Ce jeu psychologique nous offre le choix entre trois positions inconfortables, limitantes et douloureuses : La Victime, Le Sauveur et Le Persécuteur. Dans ce triangle, le jeu consiste à prendre, un des 3 rôles jusqu’à obtenir gain de cause, à savoir la confirmation de ses croyances.Les rôles ne sont pas fixés et en fonction de l’évolution de la situation, le triangle va tourner, ce qui amène à passer d’un rôle à l’autre sans s’en rendre compte.



Dans ce Jeu, aucun des trois acteurs n’a envie que la situation ne change, car chacun est satisfait de son rôle et en retire un intérêt personnel, créant ainsi un certain équilibre. La Victime ne veut pas sortir de son rôle de victime, le Sauveur ne cherche pas vraiment à aider la victime, et le Persécuteur ne cherche pas non plus à enfoncer la victime.Cette situation triangulaire devient “dramatique” lorsqu’un jeu de pouvoir s’établit entre les protagonistes. Ce jeu de pouvoir active souvent une dynamique négative qui amplifie le problème plutôt qu’elle ne le résout. Chacun est alors poussé à se retrancher davantage dans ses positions.

Le rôle de la Victime:

La Victime attire l’attention sur elle, et en particulier l’attention du Sauveur. Pour des personnes ayant des problèmes de manque affectif, c’est donc la situation idéale pour recevoir de la compassion, de la protection et de l’attention.La Victime peut se plaindre. Comme elle est la Victime, elle se sent dans son droit pour se plaindre, ce qui lui fait du bien d’extérioriser ses plaintes.La Victime ne veut pas reconnaître ses responsabilités, et n’a pas à faire l’effort de changer. Comme elle est la Victime, tout le mal est dû au Persécuteur, et bien sûr cela lui donne l’image d’une personne irréprochable.La Victime n’a pas vraiment envie que la situation change, elle se sent à l’aise dans son rôle car si la situation s’arrangeait, elle n’aurait plus l’attention dont elle bénéficie, plus d’excuses pour justifier ses problèmes, et ne pourrait plus cacher sa paresse d’assumer ses responsabilités.Une personne qui est prête à tenir le rôle de Victime cherche alors à attirer un Sauveur, et par conséquent appelle quelqu’un d’autre à être son Persécuteur.

Le rôle du Sauveur:

L’intérêt du Sauveur est bien plus évident, car devenir Sauveur c’est tenir un rôle plutôt gratifiant. Il permet d’avoir une bonne image de Soi, et aussi une bonne image auprès des autres. Ce n’est pas tout, cela lui apporte de la satisfaction que quelqu’un lui fasse confiance et il se réjouit d’avoir quelqu’un dépendant de lui, et donc d’avoir du contrôle sur lui.Et c’est là tout le problème, le Sauveur place la Victime en incapacité: pour lui, la Victime ne pourrait pas s’en sortir sans sa présence. Le Sauveur est bien souvent une ancienne Victime d’un autre Jeu qui ressent du mal-être en voyant la même situation se produire chez autrui, ce qui le pousse à agir même quand on ne lui a rien demandé.Le Sauveur n’a donc ainsi pas plus d’intérêt à ce que la situation s’arrange, car tout comme la Victime, si le problème prend fin, il n’a plus de raison d’exister et la personne qui jouerait ce rôle perdrait ainsi tous ses avantages.Il est à différencier des « sauveteurs » : pompiers, secouristes… qui eux passent à l’action et corrigent la situation en ne faisant pas semblant d’essayer comme le fait le Sauveur.Enfin, pour que le Sauveur puisse perdurer, il a besoin d’une Victime mais aussi d’un Persécuteur pour justifier son existence.

Le rôle du Persécuteur:

Le Persécuteur (ou aussi appelé Bourreau), tire son intérêt en libérant ses pulsions agressives sur quelqu’un d’autre, la Victime. Il le fait souvent pour obtenir quelque chose en retour, c’est à dire s’imposer sur la Victime de manière violente et à son propre bénéfice. C’est d’ailleurs souvent un Sauveur déçu qui, ne sachant plus comment s’y prendre, emploie la manière forte, ou bien encore une Victime qui a décidé de se protéger et se venger.Il établit les règles, décide, dirige et corrige à la moindre erreur. Il ne pardonne pas le plus petit écart et n’hésite pas alors à tenir des propos dévalorisants, voire humiliants, à faire des critiques destructrices, à mettre son interlocuteur en position d’infériorité, à faire culpabiliser. Toutefois ce n’est qu’un rôle et en vérité il cache une personne pétrifiée de peur face aux relations et qui cherche à se défendre d’un ennemi imaginaire.Le Persécuteur, tout comme les autres protagonistes, ne reste pas toujours le Persécuteur. Les rôles peuvent être redistribués lors des fameux « coups de théâtre » lorsque la situation qui devient intenable pour l’un des protagonistes, lui fait alors changer de rôle et change par là-même celui des autres.

Comment sortir de ce jeu de rôle?

Ces jeux se jouent lorsque vous ne vous sentez pas quelqu’un de valable, lorsque vous avez une mauvaise estime de nous-même. Les raisons sont multiples: • Vous désirez obtenir des signes de reconnaissance plutôt que d’être ignoré: tout sauf l’indifférence. • Vous tentez de pallier l’angoisse du vide en occupant votre temps à ces jeux de dupes. • Vous désirez renforcer votre position existentielle, confirmer vos croyances sur soi et sur les autres: Moi je vaux plus/ou moins que les autres; les autres sont moins/ou plus capables que moi. • Vous fuyez l’intimité avec l’autre (au lieu de demander des attentions, on les extorque) tout en maintenant des rapports émotifs intenses. Les rôles joués dans un tel triangle sont destructeurs et vous conduisent à vous enfermer dans une spirale infernale qui ne vous rendra pas heureux, malgré les quelques bénéfices dont vous croyez pouvoir tirer, d’autant plus que tout cela conduit à une fausse perception de la réalité. Pour ne pas entrer dans un jeu, il est important de connaître les rôles, vos points faibles et ceux des autres. Vous pouvez facilement accrocher les autres ou être accrochés par le biais de vos points faibles, c’est-à-dire tout ce qui a de l’importance pour vous.Pour commencera enrailler ce jeu de rôle, il faut déjà prendre conscience du rôle que l’on joue et celui des autres personnes autour de vous. Regardez la relation que vous avez avec ceux-ci, pensez à vos émotions et comportements dans la vie de tous les jours, car ce sont toujours les mêmes scénarios qui reviennent inlassablement dans ce Jeu psychologique. Ensuite, un autre moyen de s’en sortir est un dialogue dépassionné orienté vers la résolution. La question que l’on peut poser à l’autre est : Qu’aurais tu besoin de savoir pour exprimer qui tu es, pour que la relation se passe mieux?Demandez de clarifier très précisément ce qui est attendu de part et d’autre dans la relation peut aussi aider l’interlocuteur à mieux répondre aux questions et participer à une discussion plus productive. Enfin utiliser la notion des trois P : Permission, Pouvoir et Puissance. Ces trois attitudes visent à vous rendre confiance et vous donner la force, le pouvoir d’agir sur vous-même et sur votre relation à l’autre .La Permission permet de croître, de faire des choses bonnes pour soi-même, de faire autrement et agir avec liberté. La Permission ouvre de nouvelles perspectives d'existence. Le Pouvoir donne les moyens qui autorisent à agir et sert de référence au développement personnel. Il aide à la prise en charge et à la résolution des problèmes.La Puissance fait référence au sentiment présent ensoi, à vos possibilités et à vos compétences. Elle donne de l'impulsion et de la force aux diverses interventions. Vous pouvez ainsi affirmer votre capacité, votre compétence, votre valeur d’agir et de décider. Ces trois attitudes donnent le pouvoir de se rendre indépendant, de clarifier les rôles, d’aider à décider de faire, d’agir. Pour agir de manière autonome, il vous suffit de connaître vos vrais besoins, d’agir à votre mesure et à votre rythme. Cette méthode positive et résolutoire est une pratique qu’utilise le Neuro-Training.

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout